La plaque de coeur de Louis Joseph.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La plaque de coeur de Louis Joseph.

Message par Philippe le Dim 24 Avr - 13:56

Lors d'une de mes premières interventions sur le blog CRLI17 en juin 2011, nous recherchions des informations sur la destiné des coeurs royaux qui selon ce témoignage rappelé sur cette page : http://cril17.org/2011/06/16/du-coeur-du-premier-dauphin-louis-joseph-xavier-francois-de-france-1781-1789-36/ auraient été pillés au Val de Grace durant l'année 1793. Les plaques ayant renfermées ces coeurs se trouvant maintenant au Musée Crozatier du Puy en Velay. L'une de celle ci ayant refermé le coeur de Louis Joseph frère de Louis XVII. Nous n'arrivions pas à connaitre le parcours de ces plaques jusqu'au Musée, et voila ce que je disais dans un des mes commentaires :
"Le parcours le plus logique pour moi, c'est que, comme pour les autres coeurs du Val de Grace celui de Louis Joseph s'est fait dépossédé de sa plaque au moment de la mise à sac du Val de Grace. Et que cette plaque a été récupéré dans le même lot de plaques par le vicomte Becdelièvre. Même si cette hypothèse pose un problème réel d'authentification du coeur de Louis Joseph au moment de son dépôt à la Mairie du 12 ème arrondissement.Maintenant comment essayer d'en savoir plus sur le parcours de ces plaques ? Même si le témoignage de Schunck semble être un tissu d'invraisemblances, il doit y avoir tout de même une part de vérité. Petit-Radel est connu pour avoir été un collectionneur de curiosités et même si il n'a pas lui même récupéré les plaques au Val de Grace, il a du s'en porter acquéreur d'une façon ou d'une autre. Existe t'il des archives privées de Petit-Radel ? Ou sont elles ? (Aux Archives de Paris, conservées par la famille ?). Leurs découvertes pourraient nous donner des informations intéressantes. On sait qu'à la mort de Petit-Radel une vente aux enchères de son cabinet de curiosités à été faite le 8 février 1819. Un catalogue a surement du être édité (Ou en retrouver un exemplaire ?), une annonce légale, surement moins détaillée que la catalogue, a du également paraître dans un journal (Lequel ?). On sait par ailleurs que c'est le commissaire-priseur Petit-Cuenot habitant 22 place du Louvre ( voir Almanach des 25000 adresses des principaux habitans de Paris : Volume 3 1817 ) qui a effectué la vente, or les commissaires-priseurs sont les seuls officiers publics et ministériels dont les Archives de Paris conservent les archives. On peut d'ailleurs lire sur cette page : http://www.paris.fr/politiques/archives-de-paris/archives-judiciaires/commissaires-priseurs-parisiens/rub_6028_stand_12921_port_13502 qu'aux archives de Paris, hormis les PV des ventes qui permettent de connaitre les acheteurs, les catalogues de ventes sont également archivés.

Depuis nous nous sommes arrêtés la. Donc si quelqu'un est familier des archives de Paris, et qu'il veut donner un peu de son temps, il pourrait faire des recherches dans les archives des commissaires priseurs et chercher cette vente de Maitre Petit-Cuenot pour voir si ces plaques de coeur, dont celle de Louis Joseph, se trouvaient bien dans cette vente et à qui celles ci ont été vendues. Cela résoudrait une énigme vielle de près de 5 ans.

Philippe
Admin

Messages : 85
Date d'inscription : 17/04/2016

http://louis-xvii.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plaque de coeur de Louis Joseph.

Message par Philippe le Dim 24 Avr - 14:01

Quelques pistes de recherches dans les archives communales que j'avais données à l'époque :

"Archives des mairies des douze arrondissements anciens
1791-1859
Classement dans l’ordre numérique croissant des arrondissements
Communicables
Consultables sur originaux
Cotes : V.D6 1 à 714 (liasses) ; V.bis (registres)
Référence des instruments de recherche (usuels de la salle de lecture) : VI.6.2., VI.6.4.

Il faut d’abord aller consulter les instruments de recherches sous les côtes VI.6.2., VI.6.4. où doit être indiqués au moinsle type de classement sommaire des archives. On peut espère qu’il y ait eu (sans trop y croire) des inventaires sommaires de ces archives.

Si les archives ont été classées (je l’espère mais cela n’est pas sur) suivant le règlement en vigueur : http://www.archives.cg31.fr/pdf/quefairepublic/cadreAC.pdf
On pourra peut être trouvé des éléments concernant le coeur de Louis Joseph dans ces séries et sous-séries :

SERIE D. ADMINISTRATION GENERALE DE LA COMMUNE
1 D. Conseil municipal
10. Délibérations du conseil municipal et des commissions. Règlements du conseil municipal.
11. Procès-verbaux, pièces à l’appui, rapports et documents divers établis à l’occasion des sessions du conseil. Adresses au conseil.

Si le coeur a fait objet de « débats » ou de communications au moment des sessions du conseil municipal.

2 D. Actes de l'administration municipale
13. Registres de correspondance.

Si ce type de registre enregistre le courrier reçu et envoyé par la Mairie, peut être y trouvera t’on des échanges de courrier à propos de ce coeur.

3 D. Administration de la commune
21. Archives communales et bibliothèque administrative. Règlements. Inventaires et récolements. Versements et réintégrations. Transferts et suppressions. Communications sur place et avec déplacement. Expéditions. Inspections, avis de passage, rapports et observations. Correspondance diverse.

Peut être que le coeur apparait dans un inventaire. Ou en parle t’on dans un rapport ou une correspondance diverse.

SERIE I. POLICE, HYGIENE PUBLIQUE, JUSTICE
1 I. Police locale
114. Rapports, correspondance, ordres et recherches du commissaire central et des commissaires de police.
115. Rapports des gardes, agents de police, gardes champêtres et gardes forestiers.

Le dépôt du coeur à la Mairie a peut être fait l’objet d’un rapport de police.

132. Objets perdus et trouvés.

Le coeur a peut être été mis, au moins dans un premier temps, aux objets trouvés.

SERIE R. INSTRUCTION PUBLIQUE, SCIENCES, LETTRES ET ARTS
2 R. Sciences, lettres et arts
278. Musées de peinture, de sculpture, d’archéologie. Cabinet d’histoire naturelle. Jardins zoologique et botanique. Laboratoires scientifiques. Observatoires.
279. Monuments historiques et objets mobiliers classés. Sites classés et protégés.

Le coeur a t’il fait l’objet d’un classement de type musée dont on trouverait trace dans ces sous séries ?

Information complémentaire, des élections municipales ont eux lieu en 1815. Possible donc, comme cela se fait lors de changement de municipalités, que des inventaires aient pu être faits en 1815 ou 1816."

Philippe
Admin

Messages : 85
Date d'inscription : 17/04/2016

http://louis-xvii.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La plaque de coeur de Louis Joseph.

Message par Philippe le Dim 24 Avr - 14:03

Une autre piste de recherche que j'avais donnée pour retracer le parcours des plaques de coeur:

"Lors de la profanation en 1793 (date exacte non retrouvée, peut être à la même période – 12 au 25 octobre 1793 – que celle de St Denis) des coeurs hébergés au Val de Grâce, il est dit dans plusieurs ouvrages, par exemple : Anecdotes secrètes de la terreur Hector Fleischmann, Les Publications modernes, 1908 et Les morts mystérieuses de l’histoire … Augustin Cabanès. Maloine, 1901, que les les boîtes en plomb contenant les coeurs furent fondues pour des balles et que les enveloppes en vermeil furent vendues à l’Hôtel des Monnaies.

Peut être que cette vente à l’Hôtel des Monnaies a laissé des traces dans les archives de cette institution. Peut être que cela a donné lieu à un inventaire sommaire avec descriptions des « objets ». A moins que cela ait été vendu au poids sans autre forme de procès. S’agissant d’objets si particulier en argent et en or j’en doute un peu mais qui sait.

A savoir que les archives de l’Hôtel des Monnaies sont déposés au musée de l’Hôtel des Monnaies : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9e_de_la_Monnaie_de_Paris

Une info intéressante en passant on trouve dans ce volume de la Collection Complete des Lois, Decrets, Ordonnances, Reglemens :http://books.google.fr/books?id=J0cUAAAAYAAJ&dq=hotel%20de%20la%20monnaie&pg=PA212#v=onepage&q=28%20septembre&f=false page 212 Le décret du 25 =29 Mars 1793. Décret relatif aux matières d’or et d’argent versées a la Monnaie de Paris. (L. 13, 734 ; B. 28, 488.)
Art. 1″. Les commissaires nommés par .l’article 2 du décret du 28 septembre dernier seront tenus , aussitôt après la notification du présent décret, de constater par un procès-verbal qu’ils dresseront en présence de deux membres du directoire du département de Paris, ou après les avoir dûment appelés à cet effet, le nombre des caisses renfermant des argenteries qui ont été envoyées jusqu’à présent à la Monnaie de Paris, en conséquence du décret du 3 = 27 mars 1791. Ils feront ensuite procéder à l’ouverture de ces caisses, et ils feront un inventaire exact des pièces d’argenterie et autres objets qu’elles renfermeront.

2. A compter de ce jour, lesdits commissaires sont chargés de constater, seuls, et conformément au décret du 28 septembre dernier, toutes les matières d’or, d argent, bijoux et autres objets qui seront envoyés à l’hôtel de la Monnaie de Paris, en conformité dudit décret et de ceux des 27 mars 1791 et 31 août 1792.

3. A compter du même jour, les vaisselles et argenteries dont les titres seront connus par les poinçons qui seront insculpés seront remises sur-le-champ aux directeurs des Monnaies, qui les porteront sur leurs registres du change, et qui seront tenus d’en compter suivant la valeur déterminée par le tarif du 15 mai »-73.

4. Dans le cas où ces titres ne pourraient point être reconnus faute de poinçons apparens, ou parce qu’ils se trouveraient effacés, alors il sera procédé, savoir : à Paris, en présence des commissaires nommés par le décret du 28 septembre dernier, et dans les autres Monnaies, en présence de deux membres du directoire du département, ou de deux membres du directoire du district, à la fonte de ces argenteries. Il en sera formé des lingots, desquels il sera tiré des morceaux pour servir aux essais séparés qui en seront faits par trois essayeurs choisis par la commission des monna1es, en présence d’un de ses membres.

5. Le directeur de la Monnaie de Paris sera tenu de former un bref état de compte du poids et de la valeur des matières d’or et d’argent qui lui ont été remises depuis le 3 mars 1791 jusqu’à présent, et d’indiquer l’emploi qu’il en a fait ; il remettra ce compte tant aux commissaires de la Trésorerie nationale qu’aux commissaires généraux des Monnaies, après l’avoir certifié véritable.

On peut supposer que les enveloppes de vermeil ne comportaient pas de poinçons ou de signes distinctifs et qu’elles ont donc été fondues sans être portés sur un quelconque registre.

Est ce que les commissaires chargés de constater, seuls, et conformément au décret du 28 septembre dernier, toutes les matières d’or, d argent, bijoux et autres objets qui seront envoyés à l’hôtel de la Monnaie de Paris ont un rapport avec les commissaires de police d'arrondissement ? Cela pourrait expliquer l'empressement de LEGOY commissaire de police de se débarrasser d’un coeur enveloppé dans une enveloppe de vermeil ! Mais la c’est une remarque non étayée."

Philippe
Admin

Messages : 85
Date d'inscription : 17/04/2016

http://louis-xvii.forumactif.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum